Contrôle laitier – méthodes possibles

Les conditions les plus importantes d’un contrôle laitier rationnel sont un compteur à lait agréé, un sous-main propre, ainsi qu’un travail précis et méthodique.

Méthode A4

Le contrôleur laitier relève personnellement la quantité de lait des animaux sous contrôle en pesant toutes les traites en l’espace de 24 heures. Compte comme date de contrôle le jour où la traite du matin est pesée.

Méthode AT4

Contrairement à la méthode A4, le contrôleur laitier relève personnellement la quantité de lait des animaux sous contrôle en pesant une seule traite. Le contrôle est fait alternativement un mois le matin et le mois suivant le soir. Si une exploitation passe de la méthode A4 à la méthode AT4, ATM4 ou ATM4/7d, le contrôleur laitier peut décider quand le premier contrôle est effectué (le matin ou le soir).

Méthode ATM4

Cette méthode est appliquée uniquement dans les exploitations équipées d’une salle de traite. Le contrôleur laitier prélève personnellement un échantillon de lait, en alternance un mois le matin et le mois suivant le soir. La quantité de lait (traite du matin et traite du soir) figurant sur la sortie d’imprimante est reportée sur la fiche d’accompagnement.

Méthode ATM4/7d

Cette méthode est appliquée uniquement dans les exploitations équipées d’une salle de traite. L’échantillon de lait est prélevé en alternance mensuelle (matin/soir). La quantité de lait journalière (moyenne de 7 jours) figurant sur la sortie d’imprimante est reportée sur la fiche d’accompagnement.

Méthode AZ4

Dans les exploitations équipées de robots de traite, la méthode de test AZ4 peut être utilisée avec un logiciel approprié et une connexion Internet. Les données relatives à la quantité de lait sont automatiquement transmises quotidiennement à la fédération d'élevage (échange automatique des données animales EADA). Selon l'ICAR (International Committee for Performance Testing in Animal Production), la moyenne journalière est calculée sur la base des données de toutes les quantités de lait d'un animal au cours des 96 dernières heures.
swissherdbook prend en charge les frais d'installation uniques et les frais d'exploitation du transfert de données. Une partie est couverte par une rémunération moins élevée des contrôleurs laitiers. Des coûts supplémentaires dépendant de la marque peuvent être occasionnés. Inscription à l'aide du formulaire ci-dessous : « Déclaration de participation pour l'échange automatique des données animales ».

Le contrôle laitier aux alpages

Le contrôle laitier dans les alpages privés estivant des animaux de tiers ou dans les alpages communautaires est exécuté avec une fiche d’accompagnement pour l’alpage, qui doit être commandée à l’avance. C’est-à-dire au plus tard jusqu’au premier jour d’estivage. Le numéro BDTA doit figurer en plus sur le bulletin de commande.
Vous trouverez les différents formulaires pour les alpages en bas, sous les documents. Ces informations ont en plus été envoyées aux contrôleurs laitiers correspondants par courrier.