Contrôle laitier – méthodes possibles

Les conditions les plus importantes d’un contrôle laitier rationnel sont un compteur à lait agréé, un sous-main propre, ainsi qu’un travail précis et méthodique.

Méthode A4

Le contrôleur laitier relève personnellement la quantité de lait des animaux sous contrôle en pesant toutes les traites en l’espace de 24 heures. Compte comme date de contrôle le jour où la traite du matin est pesée.

Méthode AT4

Contrairement à la méthode A4, le contrôleur laitier relève personnellement la quantité de lait des animaux sous contrôle en pesant une seule traite. Le contrôle est fait alternativement un mois le matin et le mois suivant le soir. Si une exploitation passe de la méthode A4 à la méthode AT4, ATM4 ou ATM4/7d, le contrôleur laitier peut décider quand le premier contrôle est effectué (le matin ou le soir).

Méthode ATM4

Cette méthode est appliquée uniquement dans les exploitations équipées d’une salle de traite. Le contrôleur laitier prélève personnellement un échantillon de lait, en alternance un mois le matin et le mois suivant le soir. La quantité de lait (traite du matin et traite du soir) figurant sur la sortie d’imprimante est reportée sur la fiche d’accompagnement.

Méthode ATM4/7d

Cette méthode est appliquée uniquement dans les exploitations équipées d’une salle de traite. L’échantillon de lait est prélevé en alternance mensuelle (matin/soir). La quantité de lait journalière (moyenne de 7 jours) figurant sur la sortie d’imprimante est reportée sur la fiche d’accompagnement.

Méthode robot

Dans les exploitations équipées d’un robot de traite, l’appareil de prélèvement d’échantillons (shuttle) est installé une fois tôt le matin et le mois suivant en fin d’après-midi. La quantité de lait journalière moyenne des 7 derniers jours figurant sur la sortie d’imprimante est reportée sur la fiche d’accompagnement.

Le contrôle laitier aux alpages

Le contrôle laitier dans les alpages privés estivant des animaux de tiers ou dans les alpages communautaires est exécuté avec une fiche d’accompagnement pour l’alpage, qui doit être commandée à l’avance. C’est-à-dire au plus tard jusqu’au premier jour d’estivage.

Le numéro BDTA doit figurer en plus sur le bulletin de commande.

Vous trouverez les différents formulaires pour les alpages en bas, sous les documents. Ces informations ont en plus été envoyées aux contrôleurs laitiers correspondants par courrier.

Nous vous remercions de votre précieuse collaboration et vous souhaitons une bonne saison d’alpage. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter par téléphone au 031 910 61 11. Nous sommes à votre entière Disposition.